Monogamie 2

Monogamie 2

Éthologie

Monogamie

Une histoire naturelle de la monogamie

 

Il s'agit d'une conférence faite en 2014 par Frank Cézilly, biologue

La monogamie dont il est question dans cette conférence ne concerne que les multicellulaires actuels et principalement les animaux. 

Il manque les plantes et la perspective évolutionniste. Frank Cézilly invoque Charles Darwin que l'on estime être "l'inventeur" de la notion d'évolution. Mais ce dernier ne fait pas le lien entre les vivants animaux et l'ensemble des vivants, probablement parce que l'époque ne le permettait pas du point de vue scientifique. Pour les mêmes raisons, il n'étudie pas non plus l'évolution des vivants depuis leur apparition et n'en fait pas le lien avec l'évolution de l'Univers.

Frank Cézilly annonce qu'il ne parle pas de la monogamie chez les humains. Et c'est une bonne idée car, la traitant du point de vue biologique, il donne le cadre général de la reproduction chez les animaux donc également chez les humains.

Points notables

1) 92% des oiseaux, 12% des primates ( dont l'humain) et 5% des mammifères sont monogames occasionnels - un seul cycle de reproduction et de nourrissage des nouveaux vivants - ou éternels, beaucoup moins nombreux.

2) Le gamète femelle - l'ovocyte - est très grand proportionnellement et petit nombre car il est déjà proche de la première cellule - le zygote - du nouveau vivant tandis que le gamète mâle - le spermatozoïde -  est minuscule car il transporte essentiellement un fil ADN et il est produit en grande quantité. Le conférencier en conclut que c'est la raison de l'hyper activité des mâles et de leur prééminence, dans de nombreux cas.

- Désaccord. Dès l'origine, lors de la reproduction, le matériel nécessaire c'est la première cellule et deux fils d'ADN différents. Par convention, on appelle femelle, l'animal qui apporte l'ovocyte. 

- Désaccord partiel sur le fait que cela entraine chez la femelle le choix de la qualité des partenaires et chez le mâle, le choix de la quantité. 

- Par contre, il y a accord sur le fait que cette organisation a des conséquences importantes sur les "destins" de la femelle et du mâle. 

- Rappel: comme la femelle porte, en général, un chromosome sexuel XX - femelle/femelle - et le mâle, un chromosome XY  - femelle/mâle - la sex ratio donne tendanciellement 50% de nouvelles femelles et 50% de nouveaux mâles. 

3) Le conférencier ne traite pas à fond les causes des 92% de monogamie chez les oiseaux. Il semble que la nidification dans les arbres qui est un milieu très instable oblige ces vivants à plus de coopération mutuelle. Les autres explications sont très intéressantes.

4) Rappel utile de sa part. Dans les zones tropicales, il y a moins de saisons que dans les zones tempérées: les animaux ont tendance à se reproduire toute l'année.

5) Le conférencier  parle de l'écologie comportementale comme d'une extension de l'éthologie mais qu'elle souffre d'anthropomorphisme. Voici les désaccords de Réconciliations avec cette science.

- Elle concerne principalement les animaux

- Elle ne parle pas des vivants non animaux

- Elle ne présente pas le contexte de l'évolution depuis les procaryotes; les monocellulaires eucaryotes et l'apparition des multicellulaires

- L'humain est mis de côté, pour ne pas dire "au-dessus".

6) Il faut lire le livre d'Olivia Judson "Manuel Universel d’Éducation Sexuelle". Il est écrit avec beaucoup d'humour ce qui en rend la lecture nullement rébarbative et il montre que les insectes loin d'être aussi insignifiants du point de vue humain ont des modalités de reproduction immensément variables ... et intéressantes. Aussi intéressantes que celles des autres vivants dont l'humain. Petite claque aux anthropomorphes indécrottables.

Copyright GS

Ressources de reproduction

Has no connect to show!

Manuel

Chapitre VII - Du monocellulaire au multicellulairee

Un vivant multicellulaire traverse plusieurs époques depuis son apparition jusqu'à sa disparition.

Ressources de Vie

20160508

20130508

20151104

20151104

20150823

20150823

20150710

20150710

20150612

20150612

Journal de Ressources de reproduction

Has no connect to show!

Bribes

2008 à 2016 - les bribes

Du 8 octobre 2008 au 23 novembre 2014: Culture éthologique 2014 Du 13 décembre 2014 au mercredi 8 juin 2016: 10 milliards d'humains en 2050 Éthologie Réconciliations

sexualité 03

sexualité

synaptogenèse 04

synaptogenèse 04

humain 02

humain 02

8 milliards

8 milliards

PNAS

neandertal

 

385 millions d'années BP

Il y a 385 millions d'années, certains poissons évoluent lentement en animaux à pattes vivant sur terre.

poisson-zèbre

L'ontogenèse du comportement collectif se révêle n'être qu'une simple loi d'attraction.

2 526 Millions d'années

Timing and tempo of the Great Oxidation Event

gaspillage

PNAS: Les stocks de matières premières extraites par les humains au XX° siècle ont été multipliés par 23