20150823

20150823

dimanche 23 août 2015

musée (anecdotique)



Musée Royal de Mariemont ( Belgique - Hainaut)

Éthologie

Comment visiter une exposition d'objets d'un lieu et d'une date donnés dans un musée?

- Situer de quel mode de production (mdp) il s'agit:  le mdp humain des chasseurs collecteurs dont l'outil de base est la pierre taillée, le mdp domestique dont les pivots sont la domestication des plantes ( agriculture) et les domestication des animaux ( élevage et transport) enfin le mdp industriel fondée sur l'expansion de la métallurgie du fer.


- Ce sont les trois marqueurs fondamentaux dont il faut mesurer l'ampleur. Par exemple, il y a du fer en Afrique à l'époque de la Rome Antique mais en quantité négligeable en comparaison de cette dernière. Donc la Rome Antique est beaucoup plus populeuse et puissante que l'Afrique. Il y a du fer en Égypte mais la quantité négligeable est compensée par un important développement du mdp domestique. C'est ainsi que les œuvres marquantes ne sont pas en métal mais en pierre: pyramides, statues et temples. L’Égypte est populeuse et puissante - moins que la Rome Antique au moment où elle entre en contact avec elle - bien plus que ses voisins d'Afrique grâce au mdp domestique.


- Puis il faut s'intéresser à l'excellence des marqueurs secondaires: bijoux, vêtements, arts, poteries, etc ... Ils sont les signe de l'importance démographique des lieux et époques concernés. Par exemple, l'agriculture et l'élevage en Égypte ancienne est à l'origine d'une population importante qui de son côté favorise la quantité et la qualité des marqueurs secondaires. Plus les humains sont nombreux, plus il y a de groupes et dans ces groupes, plus il y a de dirigeants, d'organisateurs et d'opérateurs. Chacun favorise le développement des ressources de vie dont il a besoin. Plus il y a de ressources de vie plus leur qualité s'améliore.  

Copyright - GS

 

dimanche 9 août 2015

écologie (anecdotique)


Arne Naess - Écologie, communauté et style de vie

 Une plateforme du mouvement de l'écologie profonde ( p. 60)

1. L'épanouissement de la vie humaine et non-humaine sur Terre a une valeur intrinsèque. La valeur des formes de vie non-humaines est indépendante de l'utilité qu'elles peuvent avoir pour des fins humaines limitées.


2. La richesse et la diversité des formes de vie sont des valeurs en elles-mêmes et contribuent à l'épanouissement de la vie humaine et non-humaine sur Terre.


3. Les humains n'ont pas le droit de réduire cette richesse et cette diversité sauf pour satisfaire des besoins vitaux.


4. Actuellement, les interventions humaines dans le monde non-humain sont excessives et détériorent rapidement la situation.


5. L'épanouissement de la vie humaine et des cultures est compatibles avec une baisse substantielle de la population humaine. L'épanouissement de la vie non humaine nécessite une telle baisse.


6. Une amélioration significative des conditions de vie requiert une réorientation de nos lignes de conduites. Cela concerne les structures économiques, technologiques et idéologiques fondamentales.


7. Le changement idéologique consiste surtout à apprécier la qualité de vie ( en restant dans un état de valeur intrinsèque) plutôt que de s'en tenir à un haut niveau de vie. Il faut se concentrer sérieusement sur la différence entre ce qui est abondant et ce qui est grand , ou magnifique. 


8. Ceux qui adhèrent aux principes ci-dessus ont l'obligation morale d'essayer, directement ou non, de mettre en œuvre les changements nécessaires.



Éthologie

Situation à venir.


1. L'épanouissement des vivants sur Terre a une valeur intrinsèque.


2. La richesse et la diversité des formes de vie sont des valeurs en elles-mêmes et contribuent à l'épanouissement des vivants sur Terre.


3. Chaque espèce vivante utilise cette richesse et cette diversité comme ressources de vie pour elle-même.


4. Actuellement, les interventions des vivants humains chez les vivants non-humains ne cessent d'augmenter: depuis 1929, il y a un milliard d'humains en plus tous les 15/20 ans.


5. L'épanouissement des humains est liée à l'augmentation substantielle de la population humaine. L'épanouissement des vivants non-humains semble nécessiter une baisse du nombre des humains. Ce n'est pas le cas: en 2050, il y a 10 milliards d'humains.


6. Une amélioration significative des conditions de vie requiert une réorientation des lignes de conduites des humains. Cela concerne les structures économiques, technologiques et idéologiques fondamentales en augmentant la place des non-humains dans un contexte de passage à 10 milliards d'humains.


7. Le changement idéologique consiste surtout à apprécier la qualité de vie ( en restant dans un état de valeur intrinsèque) plutôt que de s'en tenir à un haut niveau de vie. Il faut se concentrer sérieusement sur la différence entre ce qui est abondant et ce qui est grand , ou magnifique. 


8. Ces changements nécessaires seront mis en place avec ou sans adhésion de tous les humains. Il s'agit d'une évolution normale des vivants. Elle est globale et non liée à une espèce donnée.

Copyright - GS

 

 

condamné (anecdotique)


George Chaworth Musters - At Home with the Patagonians

( page 489 - Histoires du bout du monde - Une anthologie des récits de voyage en Patagonie )

"J'en arrive aux condamnés. Carmen ( Carmen de Patagones) fut à ses débuts un établissement pénitentiaire de "frontière", un peu comme Punta Arenas: mais la stricte discipline de  la colonie chilienne fait défaut à Carmen. Buenos Aires envoie ici des déserteurs, des voleurs et des bandits de toute sorte. A leur arrivée, ces hommes sont enrôlés dans l'armée, ou laissés libres, ils peuvent alors travailler comme il leur plaît, ou gagner leur vie d'une quelconque autre façon. Ils ne peuvent d'échapper, parce qu'il n'est pas question de sortir d'ici par mer, et le risque à peu près certain d'être tué ou capturé par les Indiens "Pampas" suffit à les dissuader de s'enfuir par l'intérieur. On n'exerce donc sur eux aucun contrôle. Le vol de chevaux, quand on laisse quelque animal sans surveillance, est pour eux une sorte d'obligation morale, et les vols de toute sorte sont fréquents, et pratiquement jamais punis; cependant que le meurtre, au cas rare où l'on découvre les coupables, signifie simplement qu'on les renvoie à Buenos Aires pour qu'ils soient jugés, ce qui donne une nouvelle condamnation à la déportation ici. On rapporte qu'un nommé Ruiz a déjà fait quatre fois l'aller-retour de Buenos Aires pour des crimes qu'il a commis, et cet homme se vantait ouvertement que s'il voulait faire le voyage il tuait quelqu'un ... L'ordonnance du commandant était aussi un assassin condamné à la relégation. Il est plus facile d'imaginer que de décrire l'état d'une société qui laisse aller en liberté de tels malfaiteurs, tous munis d'un coutelas, dont ils se servent à la moindre occasion ... Il y a des meurtres chaque semaine, et chacun doit porter une arme pour se défendre, peu de personnes d'ailleurs se risquant à sortir de la localité sans revolver."

Éthologie

Grâce à ce système, les dépenses de prison sont allégés.

Remarquons que les cowboys avec pistolets du XIX° siècle américain ne sont pas tous des assassins puisqu'un grand nombre de films en font l'éloge.

En 2015, il n'y a plus de lieu où l'on puisse déporter les condamnés: ils se retrouvent en prison qui est couteuse et semble moins efficace que la déportation. 

Des technologies plus sophistiquées apparaissent: les bracelets électroniques mobiles sont une solution pour les petits et moyens délits. 

L'enfermement avec maintien d'une vie active complète est une voie à approfondir pour les crimes les plus graves. 

Copyright - GS

 

vendredi 31 juillet 2015

Méditerranée (anecdotique)


Fernand Braudel - La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II


Ce temps se divise en trois parties :

- l'histoire presque immobile, « le temps géographique » dont les fluctuations sont quasi-imperceptibles, qui a trait aux rapports de l'homme et du milieu

- l'histoire lentement agitée, « le temps social », une histoire sociale, ayant trait aux groupes humains ;

- l'histoire évènementielle, « le temps individuel », celle de l'agitation de surface.


Éthologie

12 000 000 000 : le temps des étoiles et des planètes - les milliards d’années

12 000 000 000: le temps du vivant - les centaines de millions d’années

12 000 000 000: le temps d’une espèce - les centaines de milliers d’années

12 000 000 000: le temps d’une société - les centaines d’années

12 000 000 000: le temps d’un individu - les dizaines d’années

Dans le passé ...

.... Et dans le futur

Copyright - GS

 

jeudi 30 juillet 2015

crise (anecdotique)


C'est la crise?

1) La croissance décline: en dessous de 3% d’accroissement annuel il n'y a pas  de création d'emplois nouveaux. 
Les taux annuels moyens de la croissance étaient:
- entre 1950 et 1974 : au dessus de +5% par an
- entre 1975 et 1989 : en dessous de +2,5
- entre 1990 et 2007 : à +2%

2) Le chômage augmente sans cesse.

Il représentait 3,5% de la population active en 1975. Et il est à 11% en 2014.


Éthologie

- L'élément  premier d'un groupe "état" c'est le nombre d'humains qui le constitue. Chaque jour, il en apparaît et il en disparait. Le différentiel est positif, neutre ou négatif. 

Voici
une vision de la situation du groupe "france": 

Ce groupe passe de 42 millions en 1950 à 66 millions en 2015 soit une progression d'environ 24 millions en 65 ans soit presque 50% en plus.



- Puis vient le PIB par habitant c'est-à-dire les ressources de vie dont chaque humain du groupe "france" dispose en moyenne du plus pauvre au plus riche. Ces chiffres sont des valeurs d'une année donnée. Ils ne tiennent pas compte de l'inflation. Ils sont en dollars donc ni en francs ni en euros. 


- Conclusion: 
En 1980, il y a 55 millions d'humains dans le groupe "français" et 66 millions en 2014. 
Le PIB moyen est passé alors de 13 111$ à 44 538$. 
Le nombre des humains augmentent de 20% et le PIB par habitant augmente de 300%. 

Ce que l'on appelle "crise", c'est le souhait de chaque humain d'augmenter ses ressources de vie 

a) en en créant de nouvelles 
b) et par la concurrence avec tous les autres humains à l'intérieur d'un groupe "état" et entre tous les groupes "état". 

Chez tous les vivants, la "crise" est permanente: c'est la concurrence pacifique ou cruelle à laquelle ils se livrent pour la quête de leurs ressources de vie. L'augmentation, la stagnation ou la diminution du nombre des vivants ou de leurs ressources de vie est un résultat global. 

La crise n'existe pas. Il n'y a qu'évolution.

Copyright - GS

jeudi 30 juillet 2015

vivre (anecdotique)


Arne Naess - Vers l'écologie profonde
avec David Rothenberg

Éthologie

Faut-il poser la question du "Pourquoi ?", du "Pourquoi vit-on?". 

De toute manière la réponse est simple: la loi darwinienne du mieux adapté favorise le vivant qui se reproduit plutôt que celui qui ne se reproduit pas. C'est un problème d'évolution de l'univers et non celui particulier de l'espèce humaine.

Cette loi explique le développement des dinosaures et leur retrait: c'est un météorite qui y met fin c'est-à-dire un non-vivant. Face à ce cataclysme ce sont des vivants non-dinosaures qui sont le mieux adaptés, animaux et végétaux.


Que se passe-t-il avec les humains? Ce qui semble devoir limiter la croissance des humains c'est leur nombre qui provoque une évolution du non-vivant qui leur est défavorable. 


Le tableau actuel est le suivant:


- les nouvelles ressources de vie alimentaires sont de plus en plus frelatées avec des usines non respectueuses de la vie des animaux non humains ( encombrement des hangars, étables ou abattoirs, pesticides, engrais - et d'autres produits chimiques qui sont des quasi poisons). Le cercle vertueux de la bonne production se mue en cercle vicieux du produit frelaté.


- La croissance démographique des humains diminuent celles des vivants non-humains. Or en tant qu'animal, c'est-à-dire de vivant hétérotrophe, l'humain a besoin de tous les autres vivants animaux (hétérotrophes) et végétaux ( autotrophes)


- La croissance des ressources de vie non alimentaires des humains évoluent de manière négative et positive. 
Elle provoque d'une part la destruction des vivants par exemple par les vastes exploitations pétrolières ou de schistes bitumineux, par l'effet de serre qui augmente la température de la Terre et par la stérilisation d'un nombre toujours plus important d'espaces occupés par les vivants sous l'effet de la radioactivité nucléaire, de la multiplications des ordures, etc ...
Mais d'un autre côté: le mode de production industriel c'est la domestication du non-vivant par les humains. On peut le considérer actuellement comme infini dans le domaine de l'infiniment petit comme les recherches autour du LHC ou du numérique et dans le domaine de l'infiniment grand comme l'expansion vers le système solaire puis plus loin. 

En conclusion.


Aucune espèce vivante ne maîtrise son développement et son développement est signe de succès: il y avait 100 000 ingénieurs il y a 200 000 ans et il y en a plus de 7 milliards actuellement. On en voit le résultat. Les humains se développent grâce à leurs mains et à la sociabilité qu'ils ont en commun avec un grand nombre de vivants. La croissance des humains n'est pas terminée. Plus il y a d'humains, plus il y a de ressources de vie et plus il y a de ressources de vie plus il y a de travail, d'acquisition collectives des ces ressources. 


Si un jour il y a décroissance, elle est exogène comme l'est la croissance actuelle même si un nombre de plus en plus grand d'humains en atténuent les effets négatifs et  en favorisent les effets positifs. 


( Les exemples cités ne sont pas exhaustifs mais parfois ils sont anecdotiques. Ce ne sont que des illustrations. Le lecteur complète avec ses propres connaissances)

Copyright - GS

 

jeudi 23 juillet 2015

moderne (anecdotique)


Daniel Boorstin - Les Découvreurs

Éthologie


Aujourd'hui, nous sommes "modernes". L'auteur montre comment cela a commencé et quels sont tous les méandres que les humains ont emprunté. 

Alors que va-t-il se passer demain ? Nous avons trouvé l'essentiel et il ne reste que l'accessoire ?

Il y a une ligne d'évolution générale de l'univers avec pour la Terre en plus une ligne d'évolution des vivants qui débute il y a 2 milliards d'années environ et une ligne d'évolution des humains sapiens qui débute il y a 150 000 ans.

Lorsqu'une espèce de vivants trouve toujours plus de ressources de vie, sa démographie augmente. C'est ce qui se passe pour les humains depuis leur spéciation avec trois pas d'accélération correspondants aux trois modes de production. Mais tous les groupes humains n'évoluent pas de la même manière : il y a de la régression et de la disparition, de la stabilisation ou de l'augmentation.

Quand il y a de plus en plus de ressources de vie, les humains augmentent en nombre. A partir du Mode de Production Domestique ( la révolution agricole) c'est le savoir-faire cumulatif des humains qui augmentent ces ressources. Et pour le Mode de Production Industriel, l'évolution des ressources et par conséquent des humains devient géométrique contrairement à ce qu'écrit Malthus.

Donc en 2015, nous ne sommes pas à "l'époque moderne" mais à l'époque où il y a 7 milliards d'humains résultats des ressources de vie qui ont été créées au fur et à mesure depuis l'apparition du Mode de Production Industriel.

Que va-t-il se passer dans l'avenir?

A données constantes – en ne tenant compte que du Mode de Production Industriel – les ressources de vie continuent à se développer de manière exponentielle et les humains augmentent également. Cependant l'environnement commence à montrer des signes d'épuisement. Cela va diminuer les ressources et la démographie. Mais de nouvelles ressources peuvent apparaître avec un quatrième mode de production - le Mode de Production Extra-terrestre - et donner un nouveau souffle à la démographie.

Ce n'est pas le progrès qui mène les humains mais les ressources de vie. 

Plus il y a d'humains, plus ils coopèrent. Dans le Mode de Production Domestique, les groupes humains domestiquent de plus en plus le vivant non-humain : le nombre et l'étendue des cultures augmentent, et, le nombre et l'importance des animaux domestiques explosent. Les humains sont de plus en plus nombreux et de plus en plus compétents en groupes. Dans le Mode de Production Industriel, la domestication du non-vivant fait passer un saut quantitatif aux nombres et à la diversité des ressources de vie avec pour conséquence une saut quantitatif dans le nombre des humains. A données constantes, le Mode de Production Extraterrestre a vocation à ajouter un saut supplémentaire aux ressources et à la démographie. 

 

Copyright - GS

 

Ressources de reproduction

Has no connect to show!

Manuel

Chapitre VII - Du monocellulaire au multicellulairee

Un vivant multicellulaire traverse plusieurs époques depuis son apparition jusqu'à sa disparition.

Ressources de Vie

20160508

20130508

20151104

20151104

20150823

20150823

20150710

20150710

20150612

20150612

Journal de Ressources de reproduction

Has no connect to show!

Bribes

2008 à 2016 - les bribes

Du 8 octobre 2008 au 23 novembre 2014: Culture éthologique 2014 Du 13 décembre 2014 au mercredi 8 juin 2016: 10 milliards d'humains en 2050 Éthologie Réconciliations

vie 02

vie 02

vie

vie

évolution 04

evolution

multicellulaire V2

multicellulaire

PNAS

neandertal

 

385 millions d'années BP

Il y a 385 millions d'années, certains poissons évoluent lentement en animaux à pattes vivant sur terre.

poisson-zèbre

L'ontogenèse du comportement collectif se révêle n'être qu'une simple loi d'attraction.

2 526 Millions d'années

Timing and tempo of the Great Oxidation Event

gaspillage

PNAS: Les stocks de matières premières extraites par les humains au XX° siècle ont été multipliés par 23